TOP

Ressentir l’histoire… par les pieds?

Par Gery de Pierpont

Expérimenter l’histoire par les pieds nus : mode d’emploi

Qui ne se remémore avec délices ses balades pieds nus sur le sable chaud ? Ou cette moquette angora caressée des orteils… Pour les Orientaux, les pieds jouent un rôle très important dans la relation avec la terre qui nous porte, assimilés qu’ils sont à des racines qui puisent dans le sol des énergies porteuses de vie. Une extraordinaire manière de se ressourcer… mais aussi de s’imprégner de fragments d’histoire ! Prêts à tenter l’expérience ?

Ressentir_l_histoire_par_les_pieds

S’il est une zone de notre corps qui est souvent brimée, dans nos sociétés occidentales, c’est bien la plante de nos pieds, toute asphyxiée qu’elle est au fond de chaussures étroites, enserrée dans de grosses chaussettes ou des bas nylon. Rares sont ceux d’entre nous qui laissent leurs orteils entrer librement en contact avec le sol plus de quelques minutes par jour. Une sensation pourtant si agréable (quand il n’y a pas d’éclats de verre ou de galets brûlants à redouter).

La plante des pieds perçoit la chaleur et le froid, les douceurs et les rugosités, mais elle est aussi spécialement sensible aux différences de relief. Le poids du corps se répartit différemment d’un point à l’autre de la surface plantaire, créant des zones de pression qui varient à chaque instant selon notre position ou nos mouvements. Un grand nombre de « capteurs » y renvoient en continu des informations au cerveau, capitales pour nous permettre de garder notre équilibre et diriger nos pas.

Rétablir le contact avec la terre mère

Entering_history_with_bare_feet

© Dima Lomachevsky

Dans la tradition orientale, les pieds jouissent d’une vénération particulière. Notamment en Yoga, où plusieurs exercices travaillent leur « ancrage » au sol. Des exercices qu’on pratique debout, pieds nus, idéalement en contact direct avec la terre mère. Comme si le bas de notre corps s’enracinait dans la croute terrestre.

Par les pieds circulent en effet des énergies qui nous maintiennent en bonne santé, dans un puissant échange de « prâna » (principe vital du souffle), générateur d’harmonie. Les adeptes du Yoga recommandent de placer sa conscience dans la zone de contact entre la terre et les pieds, de visualiser les racines virtuelles qui nous relient au sol nourricier et de diriger sa respiration à travers ce canal. C’est dans l’herbe encore humide de rosée matinale que cette communication énergétique se produit le plus efficacement.

histoire_par_les_pieds

C’est dans l’herbe encore humide de rosée matinale que cette communication énergétique se produit le plus efficacement © Antikainen

Une « mise à la terre », comme le diraient les électriciens, d’autant plus importante que nos semelles de caoutchouc nous isolent totalement de ces énergies vitales. N’oubliez pas de vous octroyer régulièrement quelques minutes de rééquilibrage ionique en vous déchaussant sur un sol « conducteur », pour quelques respirations profondes et conscientes !

Entrer dans un autre âge ?

Tout enthousiasmé par ces exercices de ressourcement (développés durant mes cours de professeur de Yoga), j’ai tenté un jour d’adapter cette pratique à une démarche qui m’est chère : « l’expérimentation historique ». Archéologue de formation, spécialisé dans la restauration et la mise en valeur des monuments anciens, je cultive en effet une passion pour « l’interprétation du patrimoine culturel ». En pratique, j’encourage les amoureux d’histoire à se mettre à l’écoute des vestiges du passé, à faire se raconter les vieilles pierres, celles qui ont vu défiler des générations d’êtres humains.

Ressentir_l_histoireVous n’êtes pas obligés de me croire, mais le contact des pieds nus avec un « sol historique » permet réellement une perception originale du passé. Parce que les édifices anciens conservent dans leur matière même des souvenirs à transmettre. Des souvenirs que l’on capte par nos cinq sens, que l’on décode avec notre intelligence ou qui nous touchent de façon plus intuitive, éveillant des émotions en profondeur. Notre imagination « s’active » une fois reliée par le toucher à un objet d’époque. En particulier si cette communication passe par les pieds, qui ont plus encore que les mains cette capacité à capter les énergies.

Ressentir l’histoire par les pieds nus : mode d’emploi

La méthode que j’utilise pour me « relier » par les pieds à une autre époque est toute simple. Je vous invite à l’expérimenter lors de votre prochain séjour dans un édifice d’époque :

Ressentir_l_histoire_par_les_pieds

  • Repérez un sol historique, par exemple un vieux parquet, un dallage de pierre poli par les ans ou un carrelage de céramique, voire une cave en terre battue.
  • Assurez-vous que l’on ne risque pas de vous déranger pendant au moins dix minutes.
  • Enlevez vos chaussures et vos bas et dressez-vous sur le sol de la pièce, si possible à un ancien endroit de passage (on peut aussi pratiquer cet exercice assis sur une chaise, si la position debout est inconfortable).
  • Fermez les yeux et laisser votre corps se détendre, en maintenant juste assez de fermeté dans les épaules, le bas du dos et les jambes pour rester droit.
  • Basculez le bassin vers l’avant, rentrez un peu le menton, relâchez votre visage, laissez pendre vos bras.
  • Respirez lentement, en prenant la peine de suivre le passage de l’air à travers vos narines.
  • Une fois calmement installé(e) dans la posture, déconnecté(e) de la réalité, concentrez votre attention sur vos pieds.
  • Percevez les sensations, sous la voûte plantaire, lorsque vous déplacez tout doucement le poids de votre corps vers l’avant, vers l’arrière, puis sur les côtés.
  • Tentez de ressentir les inégalités du sol, ses aspérités et ses douceurs, les zones tièdes et celles qui restent fraîches.
  • Puis progressivement, « ancrez » vos pieds sous la surface du sol, comme si des racines poussaient sous vos talons et sous la base de vos orteils.
  • « Ouvrez » mentalement le canal que vous venez de créer avec ce fondement historique en y faisant circuler votre respiration : à l’inspiration, visualisez que l’air passe de votre nez à votre ventre puis à vos pieds, avant de plonger dans l’épaisseur du sol ; à l’expiration, laissez remonter au travers de votre corps le flux ionisé de cette couche « archéologique », qui vient combler l’espace laissé vide par le souffle chassé des poumons.
  • Pour intensifier l’échange, rentrez le ventre à la fin de chaque expiration, comme un piston de pompe aspirante puisant de l’eau au fond d’une nappe phréatique.
  • Tout doucement, laissez-vous imprégner par cette énergie qui remonte du sol, équilibrant vos propres tensions.
  • Puis tentez de capter au passage de l’air les sensations qui remontent du passé, les émotions qui naissent en vous (paix, sécurité, trouble, humilité, désarroi, inconnu…)
  • Essayez de comprendre pourquoi ces sensations vous habitent, de reconstituer par l’imagination (les yeux fermés) la manière dont se présentaient les lieux, plusieurs générations avant vous. D’où venait la lumière ? L’ambiance était-elle humide ou au contraire sèche ? Planait-il une odeur dans la pièce ?…
  • Comme si vous étiez les figurants d’un film historique, visualisez les personnages qui habitaient la demeure, suivez-les du regard dans leurs occupations de tous les jours. Etaient-ils chaudement vêtus ? Vous semblent-ils calmes ou inquiets ? Quelle était leur conversation ?
  • Petit-à-petit, des images vont jaillir derrière vos paupières closes, des sons résonner en vous. Ces « souvenirs » seront d’abord fugaces, puis de plus précis à mesure que vous augmenterez votre capacité de concentration.
  • Si vous « perdez le contact », revenez en pensée dans la plante de vos pieds. Sentez-y circuler les flux d’énergie, la respiration, les émotions évadées du passé, puis accrochez-vous à l’une d’elles et « prenez la en photo » dans votre chambre noire intérieure…
  • Quand vous aurez pris le temps de vous imprégner suffisamment de ces scènes d’un autre temps, fermez en pensée le canal ouvert au bas de vos pieds. Intensifiez progressivement votre respiration. Remuez doucement le bout des doigts, puis vos autres membres et enfin, tout en douceur, ouvrez les yeux

Ressentir_l_histoire_par_les_piedsConsacrez quelques vraies minutes à cet exercice. L’histoire ne se livre qu’à ceux qui prennent le temps de se mettre à son diapason, de se placer « sur sa longueur d’ondes ». Vous ne ressentirez peut-être pas grand-chose la première fois. Mais n’hésitez pas à reprendre cette posture de mise en communication temporelle en d’autres circonstances : on trouve de plus en plus rapidement la bonne fréquence.

 

Autosuggestion ?

Je me dois de préciser ici – sous peine de perdre toute crédibilité à vos yeux – qu’il est évidemment impossible de retourner pour de vrai dans le temps. C’est par l’imagination que ces « scènes du passé » vous viendront en tête et il est vraisemblable que les plus rationnels parmi vous se sentiront peu attirés par ce genre d’expérience. Les sensations qu’elle procure, à la limite du rêve éveillé, seront d’ailleurs différentes d’une personne à l’autre, variant en fonction des connaissances historiques, des référents culturels et des dispositions psychologiques de chacun…

Ressentir_l_histoire_par_les_piedsIl n’en reste pas moins que les vestiges d’époques anciennes sont spécialement évocateurs et que cette méthode de « mise en relation » directe, par la plante des pieds, est un très efficace amplificateur à sensations. Il serait dommage de se priver de telles excursions, si dépaysantes, surtout lorsqu’elles s’accompagnent d’un rééquilibrage énergétique bienfaisant.

Surtout, racontez-nous ci-dessous les histoires que vous auront inspirées « vos pieds » ! Je ne serais pas étonné qu’un scénariste de film ou un auteur littéraire vienne un jour pêcher quelques idées dans un tel vivier…

 

Cet article fut publié à l’origine sur le blog Habitudes Zen.

Commentaires

Dinu

06-05-2018

I don't like to wear shoes. My bare feet are the best "shoes" in the world !

Daz

04-06-2017

Great article, I have been enjoying the benefits of earthing, and more so since I have been separated, a new found freedom I guess. My ex would have frowned upon me being barefoot outside. I feel more rejuvenated and a sense of youthfulness connecting with nature and being a free spirit. I had a great experience 3 months ago where at the art and crafts/food market in NZ where it is held outside , it had been raining 2 nights before. The ground was very soft and grass felt great underfoot. There was a great vibe with music ,and stalls the sun was warming up the ground and even where there were muddy patches felt great as if being a kid again. There also is an old 120 year old school building full of stalls. I became aware , feeling a vibe from sliding my barefeet on the old wooden floorboards, imagining all those people , kids, community that had been in this school hall before me. Yes I was connecting but had no idea what this was.
In another experience had an opportunity to get a tour of a old pump house that has been converted to a art/drama community facility, i was drawn in removing my sandals and feeling the history,barefoot, it was amazing. The old floor boards, old tiles, connecting with a sense of history and time. I then came across this article which blew me away as it was exactly true
I have smallish feet for a male and tend to wear flared jeans that I suppose i have a hippy/bohemian feel /look about me, where sometimes only the toes are seen . Here in NZ being barefoot is quite common, where their is a more carefree attitude , you may get the odd look but quite often a smile. So for anyone considering this , Don"t be shy as I hope to be earthing soon at the old art gallery to feel that sense of history and free spirit.
_____________
Thank you so much, Daz, for sharing these experiences with us! It is good to feel I'm not the only one "feeling history or human vibrations" through my feet ;-)
I had the opportunity recently to spend the night in a very old romanesque church in France. When the sun woke me up around 6 AM, with his golden light shining horizontally through the nave, I decided to walk around the old building on my bare feet. The stone pavement was a bit cold, but perceiving the patina of time under my feet felt so good! The darker crypt under the ground was more mysterious than ever, deeply rooted in the Middle-Ages. So many people gathered there thought the centuries...
All the best, Gery

Pam Ruesink

07-02-2016

This might be the most unexpected article from intoHistory I have ever read. Very interesting perspective.
---------
Thank you Pam for your encouraging comment! You can be archaeologist, yogi, sensitive, imaginative and novel writer at the same time ;-) Could you enter history with your bare feet? Gery
---------
Absolutely! I can't tell you how many times I have wanted to climb a historic stairway or walk a garden in bare feet! I did send the article via email to my Mom & Dad as well.

Laisser un commentaire

Merci de remplir tous les champs (votre adresse mail ne sera pas rendue publique)

Authenticité historique
Cadre et atmosphère
Qualité de l accueil
Niveau de confort

LOGEMENTS HISTORIQUES

VOTRE AVIS NOUS INTERESSE !