TOP

Ferme castrale de Kerckhem – Hasselt

La maison et son histoire

Découvrez un bout d’histoire féodale dans ce petit hôtel de charme, tenu par des passionnés de cuisine et de fleurs

Etonnante découverte que la ferme castrale de Kerckhem, dans la province belge de Limbourg et la région naturelle de Hesbaye. A la croisée de routes romaines, elle est un point de départ parfait pour découvrir l’histoire du comté de Looz et de la principauté de Liège, l’épopée des chevaliers teutoniques, l’histoire de Saint-Trond et nombre de petites villes médiévales. Charmant accueil aussi de la part des hôtes du lieu, Erik et Tessa Feldhaus van Ham. Dans leur ferme castrale rénovée avec goût, flotte un air de campagne seigneuriale. Ils vous recevront avec chaleur et vous feront découvrir leur passion culinaire et florale. Les pièces de réception aux proportions généreuses, où se mêlent harmonieusement bois et pierre, donnent toutes sur le verger et sur la grande cour intérieure bordée de tilleuls.

Kerckhem castle-farm in Hasselt

La ferme castrale de Kerckhem hébergeait jusqu’au siècle dernier une quarantaine de personnes (un nombre multiplié par deux à l’époque des récoltes) © Kasteelhoeve de Kerckhem

Un détour par l’an mil

Imaginez-vous il y a mille ans à Wijer-Nieuwerkerken, dans une campagne parsemée de forêts de chênes et de hêtres, à proximité d’un axe routier datant probablement du temps des Romains. Le seigneur de Wijer est alors un des vassaux du comte de Looz, dont le territoire couvre plus ou moins le Limbourg belge. Le comté dépend lui-même du Saint-Empire romain germanique, fondé au 10e siècle par Otton Ier.

Kerckhem-bnb

Carte du 12e siècle : en jaune, le comté de Looz

Le principe de la motte castrale

Le tertre palissadé du premier fortin de Wijer était probablement une construction en bois, peut-être déjà en pierre, rehaussée et emmottée jusqu’à dix mètres de haut, pour un diamètre de vingt à trente mètres. Celliers, granges, communs et logis étaient organisés sur plusieurs étages et abritaient le châtelain.

Kerckhem-chambres

La motte castrale est un tertre avec un fortin sur le haut, un ensemble de chaumières sur le bas, le tout entouré d’une palissade et d’un fossé. Panneau devant la motte castrale de Castelberg à Léau (Zoutleeuw) © Marc Robben

Les mottes castrales étaient faciles à défendre, d’autant que l’artillerie n’existait pas et que les techniques de siège étaient encore relativement primitives. Les cultivateurs qui habitaient en contre-bas confiaient leur sécurité au seigneur contre une partie de leur production, de leurs bénéfices et de leur travail. Ces premières fortifications étaient souvent construites à proximité de routes, parfois aux abords de petits hameaux ou de nouvelles terres à défricher. Grâce à leurs fonctions militaire et économique, les mottes castrales contribuèrent largement au développement de la région.

A l’époque, comme vous pouvez l’imaginer, la protection du châtelain, chevalier du comte, est cruciale. Les familles de paysans trouvent refuge auprès de lui pour se mettre à l’abri des violences engendrées par nombre de petites guerres privées que se livrent seigneurs locaux et bandes de pillards. Une sécurité indispensable aussi pour se rendre à l’un des nombreux marchés qui se développent dans la région et vendre sa production excédentaire.

La ferme castrale de Kerckhem

Au 16e siècle, époque où le comté de Looz est définitivement rattaché à la principauté de Liège, la seigneurie de Wijer appartient à la famille de Kerckhem, une des plus influentes de la région. Teynard van Kerckhem, seigneur du lieu, fait reconstruire la grande ferme en carré, juste devant le pont-levis. Un dispositif semi-défensif typique de l’organisation des demeures seigneuriales dans les anciens Pays-Bas. Le donjon gothique aussi est ré-édifié quelques années plus tard. Les deux entités s’appellent et se complètent.

Kerckhem-boutique-hotel

Vue d’artiste du domaine de Kerckhem au 17e s. – un tableau peint par la sœur de l’actuelle propriétaire, visible dans le hall d’entrée de la ferme © Marc Robben

Au siècle suivant, Arnold van Kerckhem, bourgmestre de Liège, entreprend des travaux de restauration. Nous savons par les armoiries gravées sur une plaque de pierre bleue et apposée au-dessus de la porte d’entrée, qu’il a épousé sa cousine Anne-Marie van Kerckhem, mariage qui permet de réunir les terres que des successions antérieures ont trop facilement réussi à éparpiller. Malheureusement, le châtelain accumule aussi de nombreuses dettes. Lorsque le château et la ferme castrale de Kerckhem sont mis à sac par une bande de pillards en 1686, la famille n’a pas d’autre choix que de le céder aux Chevaliers teutoniques – dont la grande commanderie d’Alden Biesen se trouve à quelques kilomètres. Depuis lors, château et ferme, liés par leur histoire commune, sont aux mains de propriétaires différents. La ferme castrale continue – seule – à porter le nom de ses fondateurs. 

ferme castrale de Kerckhem chambre d'hôtes motte castrale

Sur le haut de la porte d’entrée, la double armoiries rappelle le mariage d’Arnold van Kerckhem avec sa cousine Anne-Marie © Marc Robben

Une escale patrimoine gourmand

Ferme-castrale-Kerckhem

Votre hôte Tessa Feldhaus van Ham, vous fera découvrir sa passion culinaire © Kasteelhoeve Kerckhem

Erik et Tessa Feldhaus van Ham décident dans les années 90 de quitter leur quotidien trépidant pour vivre au rythme de leurs passions : partager leurs talents culinaires et de fleuriste dans un endroit hors du commun. Ils tombent amoureux de la grande ferme castrale de Kerckhem, abandonnée depuis 28 ans. Prenant leur courage à deux mains, ils participent aux importants travaux de restauration et de réhabilitation du site.

Une grande aventure qui vous permet aujourd’hui de séjourner dans un havre de paix, aux chambres confortables et douillettes à souhait, avec vue sur les vergers et l’horizon. Les récoltes du verger et du potager bio de la ferme castrale de Kerckhem sont servies par Tessa, chef de talent, sous le regard amusé du sanglier de la cuisine.

Kerckhem-bnb

La ferme castrale de Kerckhem a fait l’objet d’importants travaux de restauration © Kasteelhoeve Kerckhem

Poursuivre la lecture

Équipements

  • 10 chambres, quelques-unes avec balcon
  • Salles de bains privatives et luxueuses
  • TV centrale, Wifi
  • Petit déjeuner compris
  • Bar, bibliothèque, salon
  • Salle à dîner pour repas familiaux, réunions
  • Jardin, verger, circuits pour cyclistes
  • Langues parlées : français, anglais, néerlandais, allemand
  • Parking privé
  • Gare la plus proche : Hasselt (9 km)
  • Aéroport de Bruxelles Zaventem: 75 km
  • Une chambre équipée pour personnes à mobilité réduite
  • Lits d’appoint, repas adaptés et jeux pour les enfants
  • Animaux de compagnie admis (sur demande préalable)
  • Espace non-fumeurs

À voir dans les environs

A seulement 10 km de la ville de Hasselt, la région de Nieuwerkerken est particulièrement riche en histoires. Mottes médiévales et vieux donjons y sont encore nombreux. Une promenade de 3,5 km vous mène à l’Asberg, une ancienne motte castrale révélée par sa masse circulaire. Sur rendez-vous préalable, la famille Claeys vous donnera accès au jardin privé qui l’abrite aujourd’hui.

Léau (Zoutleeuw) est une perle médiévale au milieu des champs. Elle a conservé sa motte d’antan, le Castelberg. A Zichem, la Maagdentoren (Tour des pucelles) restaurée récemment et accessible le week-end, vous donne une idée de la hauteur des étages.

Kerckhem-bnb

Les restes d’un imposant donjon des comtes de Looz vous attendent à Brustem, aux portes de la ville de Saint-Trond, riche en secrets d’histoire médiévale. © Marc Robben

La grande commanderie d’Alden Biesen (Bilzen) atteste de la l’importance de l’Ordre teutonique dans la région. La visite du château et de son musée sont vivement recommandés.

A 25 kilomètres à peine du château ferme de Kerckhem se trouve la ville de Tongres, qui abrite un musée gallo-romain de renommée internationale.

Au nord-ouest de Hasselt, l’impressionnante abbaye d’Averbode partage aussi quelques pages d’histoire avec le château de Wijer et sa grande ferme.

Et pourquoi ne pas, tout simplement, s’égarer dans la verte région de Hesbaye à vélo ou en voiture, à la découverte de ses châteaux, ses vergers, ses monuments religieux et ses habitants.

Votre guide

Marc Robben

Correspondant pour intoHistory

LIMBOURG (Belgique) Architecte et passionné d’histoire, Marc Robben s’intéresse plus particulièrement au patrimoine immobilier séculaire du comté de Looz (Graafschap Loon). Il est spécialiste des signes de piété et de superstition (ainsi que des marques de tâcherons et autres symboles) formés par les maçons sur les façades de brique dans le nord de l’Europe, mais aussi par les forgerons, les charpentiers, les paysans… témoins de croyances populaires. Marc Robben s’intéresse également à un phénomène unique en Campine, l’apparition à la fin du 16e siècle des «boerenschansen». Ces terrains fortifiés par de hauts talus et de larges fossés, construits en bordure des villages par les habitants, leur permettaient de se réfugier lors des pillages des armées de passage. Marc Robben est également l’auteur d’un site internet : www.graafschaploon.be Visites guidées en français, anglais, néerlandais.

> Autres correspondants de intoHistory

A lire, regarder ou écouter

A lire

FeodaliteF.-L. Ganshof, Qu’est-ce que la féodalité, Tallandier, 1982
L’auteur et le livre font référence auprès des spécialistes médiévaux. Débutants y trouvent des explications claires et des références utiles, dans un style fort lisible et bien illustré.

Donnez votre avis

Merci de remplir tous les champs (votre adresse mail ne sera pas rendue publique)

Authenticité historique
Cadre et atmosphère
Qualité de l accueil
Niveau de confort

17e siècle Ferme Maison/Chambres d’hôtes 100-150€/chambre

Gastronomie et fleurs

Kasteelhoeve de Kerckhem
Erik et Tessa Feldhaus van Ham
Grotestraat 209
3850 Wijer-Nieuwerkerken
Belgique
+32 11 59 66 20
+32 499 71 29 02

LISEZ NOS ARTICLES