TOP

Château de Serrigny – Beaune

La maison et son histoire

Noblesse des pierres et noblesse du vin, ambiance authentique d’une maison de famille à l’ancienne

Difficile de trouver un cadre plus enchanteur que ce coin de Bourgogne où prospèrent quelques-uns des vignobles les plus célèbres au monde. Dans cette terre tant de fois travaillée, idéalement ensoleillée et irriguée, s’enracinent aussi de beaux châteaux et manoirs aux teintes sable et ocre. Le château de Serrigny est l’une de ces demeures aristocratiques d’un autre âge, attachante et riche en souvenirs. Le temps y a laissé partout son empreinte et sa patine. Parfois aussi sa morsure.
C’est dans les détails que se révèle la personnalité de ses propriétaires successifs : finesse des nombreux décors, matériaux recherchés, meubles de famille, portraits d’ancêtres… Il règne à Serrigny une étonnante atmosphère de vacances familiales, tonalité début 20e siècle. Les nostalgiques de la vie de château apprécieront aussi son grand parc et tous les animaux qu’il abrite.

Château de Serrigny à Beaune, ambiance 18e

Tant d’objets anciens habillent les chambres à coucher du château qu’on les croirait parées comme avant guerre… © intoHistory

En remontant le temps

Le château de Serrigny tel qu’il s’offre à vos yeux aujourd’hui remonte à 1700, l’époque où son propriétaire, Pierre Brunet de Chailly, président à la Chambre des Comptes de Paris, décide de faire reconstruire le domaine familial. Le nouvel édifice est humble dans ses proportions, mais bien proportionné. Ses hautes fenêtres apportent aux pièces intérieures une lumière bienvenue, après des siècles de pénombre. La propriété comporte des hectares de vignobles, déjà appréciés à leur juste valeur, et de nombreuses terres agricoles.

Château de Serrigny à Beaune, ambiance 18e

Les façades 18e siècle du château présentent quelques irrégularités dans leur maçonnerie : vestiges de l’ancien château, ajustements liés aux réaffectations des pièces intérieures ou retouches techniques ? © intoHistory

Pierre de Bauffremont

Pierre de Bauffremont épousa la fille naturelle de Philippe le Bon, Marie de Bourgogne

Une maison forte médiévale s’érigeait déjà depuis le 13e siècle à l’emplacement du Château de Serrigny, entourée de douves (l’édifice est juste à côté de la Lauve). Les archives précisent que la seigneurie fut donnée en 1316 à Jean II de Frolois par le duc de Bourgogne Eudes IV, petit fils de Saint-Louis. Une reconnaissance pour services rendus : le seigneur de Frolois avait pris la défense des intérêts de sa fiancée, la princesse Jeanne de France. Plusieurs propriétaires se succèdent ensuite au château, dont Pierre de Bauffremont, au 15e siècle, un proche conseiller du duc de Bourgogne, qui se plaint de son mauvais état. C’est à cette époque que la ville de Beaune connaîtra ses plus belles années, avec la fondation des célèbres Hospices.

Château de Serrigny à Beaune, dans la cour

Ce bas-relief gallo-romain, retrouvé dans les environs du château et maçonné aujourd’hui au-dessus de son puits, représenterait Saint Bénigne, un des premiers évangélisateurs de la Bourgogne au 2e siècle.

Bien sûr, la région était habitée avant le 13e siècle, même si l’on n’a pas (encore) trouvé de traces de constructions plus anciennes à Serrigny. La Saône et ses affluents abritaient de nombreuses agglomérations celtes, puis romaines, « recolonisées »  au haut Moyen-Age par les moines bénédictins – qui y réintroduisent la culture de la vigne. C’est à leur patient travail d’amendement des sols que les terroirs de Corton, de Ladoix et du Clos de Vougeot, tout à côté, doivent leur réputation.

Grandes maisons européennes

Frederic de Merode

Frédéric de Merode, décédé au cours de la Révolution belge de 1830 © Delcampe

Modeste par sa taille, mais idéalement situé, le château de Serrigny passera à la famille des marquis de Clermont-Montoison (une des branches de la prestigieuse lignée des Clermont-Tonnerre, dont les représentants furent de grands militaires, politiques, diplomates et religieux en France). Le parc du domaine, sera alors embelli par un long plan d’eau en miroir, le « grand canal ».
Par son mariage avec Renée de Clermont-Tonnerre, Félix de Merode reprend le domaine en 1908. La famille de Merode est célèbre en Belgique pour son engagement patriotique exemplaire lors de la Révolution belge.
Après le décès du Prince Florent de Merode, le 10 mars 2008, le château est resté dans la famille.

Comme à l’époque de nos grands parents

Château de Serrigny à Beaune, ambiance 18e

La commode, juste derrière la porte d’entrée, avec ses jolis chapeaux © intoHistory

Ce qui frappe le plus les hôtes du château de Serrigny, c’est l’impression d’être reçus comme des invités de la famille, dans son « château de campagne ». La vénérable demeure respire la détente et les vacances, loin des convenances de la ville. Les meubles précieux y côtoient des ustensiles plus usuels, lampes à pétrole, jeux d’enfants, cannes et encriers. Les peintures de genre et les antiquités se mélangent sans distinction de style ou d’époque, là où les ont un jour installées leur propriétaire. Hier, il y a trente ans, quatre-vingt ans ou parfois davantage. Partout, des objets qui évoquent des tranches de vie, des épisodes mémorables, des émotions, des rêves, des souvenirs.

Chateau-Serrigny-Beaune-24

Un château où les enfants aussi avaient leur place, leurs jeux, leurs cachettes et leurs trésors… © intoHistory

Séjourner à Serrigny, c’est effleurer l’intimité d’une famille, dans le raffinement de son décor tout comme dans la modestie de ses accommodements quotidiens. C’est découvrir la vraie vie de château, avec ses privilèges et ses servitudes. Les cheminées de marbre sculpté, les chandeliers orfévrés, les planchers cirés et la boue des bottes sur le seuil. Tout est soigné, remis en état, parfois refait à neuf, mais toujours avec ce petit goût d’autrefois, ce subtil parfum d’époque. Jusque dans les salles de bains.

Château de Serrigny à Beaune, ambiance début 20e

Le temps ici semble presque s’être arrêté… Une ambiance en voie de disparition, à savourer pour le décalage qu’elle offre avec notre vie trépidante ! © intoHistory

micro vignette 50N’hésitez pas à demander à votre hôte d’organiser un repas festif – évidemment gastronomique – dans la remarquable salle à manger 18e siècle du château. Une expérience historique inoubliable !

Le parc du château de Serrigny et ses pensionnaires

Château de Serrigny à Beaune, ambiance parcLe vrai bonheur, à Serrigny, c’est de profiter des 7 hectares du parc, ceints d’un mur de clôture continu et plantés d’arbres remarquables à l’anglaise. Un parc plein de surprises, avec son grand pigeonnier circulaire (un privilège de l’Ancien Régime), ses écuries du 19e, son puits aux armes de la famille Merode et ses fontaines en rocaille. Mais aussi avec son « grand canal » qui ouvre des perspectives inattendues sur les champs et les vignes, tout en reflétant la douce lumière de la Côte-d’Or. Avec ses chemins tout en courbes et ses vastes pelouses, ses douves poissonneuses, sa grille forgée du 18e siècle (classée) et son potager. Sans oublier tous ses pensionnaires, poneys, chevaux miniatures, ânes, faisans, poules et chien…

Poursuivre la lecture

Équipements

  • 4 chambres et 1 suite de deux chambres (106€-186€)
  • Salles de bains privatives
  • TV, Wifi
  • Petit déjeuner – repas festifs dans la grande salle à manger 18e siècle (sur demande)
  • Petit salon de jeu avec télévision
  • Terrasse, piscine, pêche ou promenade en barque sur le canal, kayak, vélos
  • Parc de 7 ha avec canal, douves, animaux de parc, potager et sentiers de promenade
  • Mariages, concerts, dîners festifs
  • Langues parlées : français, anglais
  • Parking payant
  • Ville (et gare) la plus proche : Beaune (7 km)
  • Aéroport de Lyon : 150 km
  • Peu accessible aux moins valides (large escalier)
  • Familles et enfants bienvenus (lits pour enfants, balançoire)
  • Animaux de compagnie (sur demande)
  • Espace non-fumeurs

À voir dans les environs

 

Beaune

L’ancien Hôtel des ducs de Bourgogne abrite aujourd’hui le Musée du vin © alh1

La Bourgogne, on la découvre – charmé – on y revient passionné… puis on ne peut plus s’en passer. Tout est là pour vous ravir les sens, le cœur et l’esprit.
Une balade de quelques kilomètres à travers les ceps de vigne et, du château de Serrigny, vous voilà à Beaune, dont la vieille ville abrite quelques merveilleux témoins du Moyen-Age.
Si la file des visiteurs est trop longue devant les Hospices, laissez-vous tenter par le circuit des monuments romans, si parfaitement équilibrés dans leur silhouette dépouillée.

Le Château de la Rochepot, dont les tours élancées inspirèrent à Félix de Merode la construction de deux tourelles le long du mur d’entrée, vaut aussi la visite. Les fins becs s’en donneront à cœur joie tant la gastronomie et les spécialités artisanales sont raffinées dans la région. Les œnophiles se délecteront chez les vignerons de Ladoix, à Nuits Saint-Georges, dans les caves de la Montagne de Corton ou au Clos de Vougeot.

Corton

Vénérables magnums de vin de Corton, muri dans les caves voisines © Philip Larson

Donnez votre avis

Merci de remplir tous les champs (votre adresse mail ne sera pas rendue publique)

Authenticité historique
Cadre et atmosphère
Qualité de l accueil
Niveau de confort

18e siècle Château Maison/Chambres d’hôtes 100-150€/chambre

Authentique

Château de Serrigny
2, rue du Château
21550  LADOIX-SERRIGNY
France
Tel : +33 3 80 24 33 49
Fax : +32 2 647 31 61
Site web du château

LISEZ NOS ARTICLES