TOP

Castello di Roncade – Treviso

La maison et son histoire

Faste de la Renaissance vénitienne dans cette accueillante villa fortifiée au milieu des vignes

Imaginez la campagne vénitienne, ses bourgades truffées d’histoire et ses nobles vignobles. Imaginez une des plus belles villas du Cinquecento, ceinte d’un rempart et de tours de défense, avec un parc planté de cèdres centenaires. De grands crus médaillés mûrissent dans les énormes tonneaux de sa cave. Son propriétaire, un baron viticulteur passionné, vous ouvre son palais, le Castello di Roncade, véritable chef-d’œuvre de la Renaissance. C’est un privilège de pouvoir jouir de son exceptionnelle hospitalité.

Castello di Roncade Treviso

Le domaine de Roncade est réputé depuis le Moyen-Âge pour son vignoble © Castello di Roncade

L’aube du Maniérisme

Castello_di_Roncade_Treviso

Représentation ancienne du château, de son enceinte et de ses vignes (origine inconnue)

Le Castello di Roncade est en réalité une villa : Venise n’autorisait personne à construire un château fort sur son territoire. Son enceinte fortifiée, pourtant imposante, est plus symbolique que réellement défensive.
Ce petit palais, achevé en 1508, est spécialement intéressant par ses proportions et son style, précurseurs du Maniérisme (courant artistique qui se situe entre la Renaissance et le Baroque). On attribue ses plans au célèbre sculpteur Tullio Lombardo ou à l’architecte Mauro Coducci, auteur de plusieurs églises et palais à Venise, dont la célèbre tour de l’horloge de la place San Marco. Un des élèves de ce dernier, Andrea Palladio, viendra s’inspirer du château avant de devenir une des figures majeures de l’architecture italienne.

Demeure de plaisance à la campagne

Girolamo_Giustiniani

Le buste original de Girolamo Giustinian

C’est dame Agnesina Badoer, issue d’une des familles patriciennes les plus influentes de Venise, qui en ordonne la construction au tout début du 16 siècle (Cinquecento). Mais c’est son second mari, Girolamo Giustinian (Jérôme Justinien), qui donnera son nom à la demeure.
La famille Giustinian, dont l’arbre généalogique remonte jusqu’à l’empereur Justinien (6e siècle), compte parmi ses membres plusieurs personnages importants de l’histoire de la République Sérénissime (Venise), dont deux doges et un patriarche (évêque), qui sera canonisé au 17e siècle. Le Castello di Roncade est une de leurs propriétés à la campagne, célèbre pour son précieux vignoble.

Les armoiries des Giustinian, sur la cheminée du salon

Les armoiries de Girolamo Giustinian, sur la cheminée du salon

intoHistory TipVous pourrez observer à plusieurs endroits du domaine le blason d’Angesina Badoer (lion rouge sur bandes obliques rouge et blanc) et celui de Girolamo Giustinian (aigle à deux têtes).

Fascinante éclosion de créativité

La villa a été construite sur les fondations d’une fortification édifiée au 10e siècle par l’empereur Otton II, dans les premières années du (Saint) Empire romain (germanique). L’enceinte de briques est typique de celles de la fin du Moyen-Âge en Italie, avec ses grosses tours de défense carrées, ses douves et ses tourelles d’entrée. Elle aurait été édifiée au Quattrocento (15e siècle).

Castello_di_Roncade_Treviso

Les tours du portail d’entrée, au-delà du pont sur les douves, typiques de l’architecture militaire du 15e siècle

La villa en elle-même, du début du siècle suivant, est un sobre édifice de plan rectangulaire, orné d’un avant-corps à double loggia surmonté d’un fronton. Ses grandes salles, symétriquement disposées de part et d’autre d’un grand hall, possèdent de très hauts plafonds, véritables forêts de poutres rapprochées. Plusieurs chambres et salons sont ornés d’une frise peinte à la fresque, ornée de motifs Renaissance.

Castello_di_Roncade_Treviso

Les deux galeries d’arcades superposées, très élancées, annoncent le Maniérisme du 16e siècle

intoHistory TipLa grande horloge sous le fronton, graduée en 24 heures, possède une seule aiguille.

Les trésors de la chapelle

Castello_di_Roncade_Treviso_Lombardi

Vierge à l’enfant de Pietro Lombardi

La chapelle, construite en 1517, possède d’admirables proportions. Deux bas-reliefs en ornent la nef, chefs-d’œuvre de la sculpture maniériste dus à Pietro Lombardo (le père de Tullio). Les originaux, vendus à la fin du 19e siècle, sont aujourd’hui chacun conservés dans un musée, à Venise et à Londres. On peut également y admirer deux bustes de terre-cuite originaux, attribués à Jacopo Sansovino, figurant Angesina Badoer et Girolamo Giustinian, également de très belle facture. Ces bustes ont fait l’objet de copies en bronze (d’époque et plus récentes) qui se trouvent à présent à Paris, Saint-Petersbourg et à Washington.

Un parc bien gardé

Castello_di_Roncade_Treviso

Le regard déterminé des mercenaires croates

Entre l’enceinte, les galeries d’arcades qui abritent les caves à vin et la villa s’étend un beau jardin à l’italienne, avec des buis et lavandes taillées en motifs géométriques. Mais ce sont surtout les deux remarquables cèdres du Liban qu’on y remarque, ainsi que deux magnolias géants. Une armée de statues de divinités guerrières, de mercenaires de Croatie et d’aigles en pierre d’Istrie s’aligne le long des allées. Derrière le parc, s’ouvre le grand vignoble qui fait la réputation du domaine en Vénétie.

Castello di Roncade Treviso

Les majestueux cèdres du Liban du parc sont classés monuments historiques

Les caves du Baron Ciani Bassetti

Castello_di_Roncade_Treviso_Barone_Ciani_Basetti

Le baron Vincenzo Ciani Bassetti dans sa cave © Castello di Roncade

A la fin du 19e siècle, le dernier des Giustiniani décéda sans héritier et la villa fut rachetée par le baron Ciani Bassetti (originaire de Trento), dont les descendants occupent toujours le château. La famille y a re-dynamisé l’activité viticole avec un savoir-faire inspiré des méthodes de vinification du Bordelais. Les vins produits aujourd’hui par le domaine sont tous de grande qualité, en particulier le « Villa Giustinian » (assemblage étudié de Pinot noir, Cabernet franc, Cabernet sauvignon et Malbec) qui est un tout grand cru. Ses vins blancs sont aussi très réputés, notamment son Pinot Grigio, son Chardonnay et son Prosecco.

Castello di Roncade Treviso

Les foudres (tonneaux) où mûrissent les crus du domaine se trouvent dans les caves à gauche de cette galerie © Castello di Roncade

La marque des deux guerres

En 1917 et 1918, le château se retrouve à quelques kilomètres de la ligne de front, le long du fleuve Piave. Il est réquisitionné par l’état major italien, qui l’utilisera plusieurs fois comme centre de commandement. Une partie du domaine est aménagée en hôpital. Plusieurs personnalités y séjournèrent alors, aristocrates et hommes de lettres. L’écrivain américain Ernest Hemingway, stationné à Roncade avec son régiment, y décrit, dans un de ses premiers récits, l’industrieuse activité des convois qui traversaient la ville en direction (ou de retour) du front.

Sur ce cliché, difficile à dater avec précision, flotte encore le drapeau du Royaume d'Italie © Archivio storico Lorenzon Roncade

Sur ce cliché, difficile à dater, c’est encore le drapeau du Royaume d’Italie qui flotte au vent © Archivio storico Lorenzon Roncade

Le château est sérieusement endommagé en avril 1945, lorsque les Alliés bombardent Treviso, qu’ils pensent occupée par d’importantes troupes allemandes. La restauration entreprise alors par la famille Ciani Bassetti est particulièrement soigneuse. Le baron accueillera aussi les réfugiés de la plaine du Pô lors des inondations de 1954.

intoHistory TipLa façade sud de la villa, restaurée après guerre, conserve quelques éléments décoratifs d’origine, peints à la fresque : fines lignes architecturales, médaillons et portraits, presqu’effacés.

Le château s’ouvre au public

Barone_Ciani_Bassetti Castello di Roncade

Pour la famille Ciani Bassetti, l’hospitalité n’est pas un vain mot !

Depuis quelques années, la famille Ciani Bassetti a décidé d’accueillir au château hôtes et événements de prestige. Des salles de bains de marbre ont été aménagées dans les chambres de la villa, qui ont gardé leur mobilier d’époque. Les tableaux, soieries et ornements précieux qui les habillent sont exceptionnels pour des chambres d’hôtes.
Plusieurs appartements plus sobres ont aussi été créés, notamment dans les tours de l’enceinte, mieux adaptés aux séjours en famille. Il est d’ailleurs possible d’héberger au domaine des groupes jusqu’à 30 personnes et de prévoir des repas dans la grande cuisine du sous-sol.
Le site se prête idéalement aux fêtes, mariages, dégustations de vin et autres foire d’artisans.

Castello di Roncade Treviso

Le grand hall d’entrée du château, aujourd’hui vitré © Castello di Roncade

intoHistory TipCe sont les barons Ciani Bassetti eux-mêmes qui s’occupent de l’accueil des hôtes. Ils vous feront peut-être l’honneur de vous introduire dans la partie privée du Castello di Roncade, orné de décors fin 17e d’une grande finesse.

Poursuivre la lecture

Équipements

  • 8 chambres (dont 3 dans le château)
  • Appartements familiaux dans les tours (tarifs réduits)
  • Salles de bains privatives (douche)
  • TV / Wifi
  • Petit déjeuner (table d’hôtes sur demande)
  • Salon, terrasse
  • Parc historique et jardin (avec piscine)
  • Dégustation des vins du domaine
  • Langues parlées : italien, français, anglais, allemand, russe
  • Ville la plus proche : Treviso (12 km)
  • Parking privé
  • Aéroport de Treviso : 15 km (navette sur demande)
  • Gare de Quarto d’Altino : 5 km
  • Pour visiter les environs, l’usage d’une voiture est recommandé
  • Non accessible aux moins valides
  • Familles et enfants bienvenus dans les appartements
  • Animaux de compagnie sur demande (dans les appartements seulement)
  • Espaces historiques non fumeurs

À voir dans les environs

A la découverte de la Vénétie

Les fresques de la Villa Emo sont l'oeuvre du peintre Giovanni Battista Zelotti © John W. Schulze

Les fresques de la Villa Emo sont l’oeuvre du peintre Giovanni Battista Zelotti © John W. Schulze

La région de Venise, Padoue et Treviso est parsemée de demeures anciennes remarquables comme celle de Roncade, les « Ville Venete ». Plusieurs sont à visiter, dont la villa Barbaro (di Maser), patrimoine mondial de l’UNESCO, la villa Emo à Fanzolo – toutes deux chefs-d’œuvre d’Andrea Palladio – ou la villa Tiepolo Passi, typique du 17e siècle.

La Riviera Garibaldi à Treviso (Trévise)

La Riviera Garibaldi à Treviso © Efilpera

Le service du tourisme de la ville de Treviso (Trévise) propose de nombreuses découvertes culturelles, musées, patrimoine religieux, excursions, sites archéologiques, vies d’artistes…

D’autres villes méritent aussi le détour, comme Castelfranco Veneto, qui vit naître le peintre Giorgione, et celle d’Asolo, dont les vestiges médiévaux sont émouvants.

La vieille ville d'Asolo, sur son promontoire © Simon

La vieille ville d’Asolo, sur son promontoire © Simon

Bien entendu, Roncade est idéalement située aussi pour visiter Venise, à une vingtaine de kilomètres (voir transports en commun). La « Sérénissime » et ses mille trésors vous y attendent !

Le calme de Roncade est appréciable après une journée à Venise, généralement envahie de touristes... © Collin Key

Le calme de Roncade est appréciable après une journée à Venise, généralement envahie de touristes… © Collin Key

A lire, regarder ou écouter

 

Castello_di_Roncade-178Pour apprécier pleinement l’atmosphère d’époque du Castello di Roncade, n’hésitez pas à enrichir votre séjour par quelques lectures (rien ne vaut un bon roman dans l’histoire pour faire revivre un décor ancien). Un film peut aussi stimuler l’imagination, tout comme l’écoute de certains morceaux musicaux vous transporter très efficacement dans le temps… Quelques suggestions:

Livres à savourer pendant votre séjour

  • « Les Fortins de Venise. Cinquecento 1 (1509-1514)« , par Pierre Legrand et Claudine Cambier
    Un grand roman, truffé d’intrigues, de drames et de jubilations, dans l’intimité des palais vénitiens et des demeures patriciennes des campagnes environnantes. Une plongée admirablement documentée dans l’univers de la Sérénissime, au début du 16e siècle, période où fut édifié le Castello di Roncade. Enjeux politiques, inégalités sociales, vie de cour, débats philosophiques et créations artistiques tissent la toile de fond de cette aventure enlacée dans l’histoire.
  • « Les Mémoires de Giorgione« , par Claude Chevreuil
    Amateurs d’art de la Renaissance, ce roman vous fera découvrir l’incroyable foisonnement artistique de la Venise du début du 16e siècle, sur les pas du peintre Giorgione (qui vécut à quelques lieues de Roncade), proche des Bellini, da Vinci, Titien (son futur rival) et même Dürer. Une introduction passionnée aux techniques picturales de l’époque. Un ouvrage attachant et richement documenté (l’auteur prend la peine d’y distinguer dans sa postface les faits historiques des événements inventés pour les besoins du récit).
  • « Le Gondolier d’Elisheva« , par Alfred Hard
    Ce roman, c’est Venise au 17e siècle, frappée par deux importants revers de fortune : la peste qui tétanise la ville et la perte de Candie, en Crète, un des comptoirs clés des Vénitiens au cœur de la Méditerranée. Le récit met en scène, à travers l’histoire d’amour entre une jeune fille juive adoptée et un officier corse au service de la Sérénissime, l’étrange destin de cette ville marchande, tournée à la fois vers les rivages lointains à défendre contre les Ottomans et les fastueux domaines de sa paisible lagune… Pour donner vie aux nombreux tableaux de batailles navales qui ornent le Castello di Roncade.
  • « Tous les salauds ne sont pas de Vienne« , par Andrea Molesini
    En 1917, au plus fort des combats autour du fleuve Piave, l’armée autrichienne réquisitionne le domaine des Spada. L’histoire (authentique) d’une occupation, que chacun des habitants du château va tenter de contrecarrer à sa façon, derrière la façade des convenances aristocratiques. Un formidable portrait de famille.

Films à regarder avant de partir

  • « Don Giovanni« , un film de Joseph Losey (1979)
    L’exceptionnel opéra de Mozart, interprété par Ruggero Raimondi et José van Damme dans les rôles principaux, Lorin Maazel dirigeant l’orchestre. Le film a été tourné dans les plus beaux décors de Venise et des villas du Veneto (voir bande annonce).
  • « Ripley’s Game« , par Liliana Cavani
    Thriller haletant dans le milieu du trafic d’art, emmené par l’excellent John Malkovitch. Au-delà du scénario bien ficelé et de l’interprétation sans faille, le film nous intéresse car il a été tourné dans la villa Emo à Fanzolo, près de Treviso (voir bande annonce).

Musiques (d’époque) à apprécier sur place

  • « Splendore a Venezia, musique à Venise, de la Renaissance au Baroque »
    Compilation originale d’œuvres composées en Vénétie entre le 16e et le 18e siècle. Madrigaux amoureux, chants religieux, concertos pour hautbois, airs d’opéra et sonates pour flûtes, chacun trouvera le fond musical qui correspond le plus finement aux décors de la villa ou à son état d’esprit du moment.
  • « Le Siècle du Titien« , interprété par l’ensemble Doulce Mémoire
    23 airs de la Renaissance à Venise, principalement des madrigaux, joués sur des copies fidèles de luths et de flûtes à bec d’époque (extrait). Pour savourer par les oreilles l’envolée maniériste…

 

Pour votre facilité, plusieurs liens ci-dessus renvoient vers la description des œuvres sur Amazon. Si vous décidez d’en acquérir l’une ou l’autre via cette plateforme, intoHistory percevra une (petite) commission qui l’aidera à couvrir ses frais de fonctionnement.

Appréciation des visiteurs

Évaluation selon 1 avis:

Historical authenticity
Ambiance and settings
Quality of welcome
Degree of comfort

Gery de Pierpont

10-03-2015

Several weeks after my stay in Castello di Roncade, my head is still whirling with Renaissance memories and flavors of fine wines, golden light and works of art. This palace is magical. It kept its original atmosphere thanks to the especially hard work and dedication of the Ciani Bassetti family.
Some of the rooms are decorated with purely authentic old paintings and furniture (in the castle itself), the other ones (in the bastions) have been rearranged - they look a little bit less like antique shops...
The Patriarca Room, on the first floor of the castle, is one of the largest of the villa. It is as impressive as a living room, with its 6 meters high beamed ceiling, tall leaded windows, gorgeous glass chandelier, marble bathroom and Renaissance balcony.
The traditional Venetian floor of the room is particularly interesting, with its several coats of stucco (tailor’s chalk, cooked oil and ocher dyeing earth) and a finish layer of raw linseed oil + wax. The granito surface underneath is still to be seen here and there, under this rare semi-transparent coating, known as "Pastellino".

Donnez votre avis

Merci de remplir tous les champs (votre adresse mail ne sera pas rendue publique)

Authenticité historique
Cadre et atmosphère
Qualité de l accueil
Niveau de confort

16e siècle Château Maison/Chambres d’hôtes 150-220€/chambre

Idéal pour les familles

Castello di Roncade
Barone Ciani Bassetti
Via Roma, 141
31056 RONCADE-TREVISO
Italie
+39 0422 708736
+39 0422 840964 (fax)
Site web du château

LISEZ NOS ARTICLES